7 bonnes raisons d’investir aux Etats-Unis

Par Louiza Ferrara Modifié le 29 novembre 2022 à 10h09

Malgré l'annonce des chiffres d'un PIB américain au 1er trimestre en retrait, nous pensons que ces résultats décevants sont conjoncturels. La reprise de la croissance est là, soutenue par des facteurs structurels puissants. Vous en connaissez certains; en voici quelques uns plus inattendus.

1. La reprise du logement

Si l'on se base sur l'analyse des données démographiques, les mises en chantier devraient augmenter à un niveau durable de 1,5 millions d'unités (contre 1 million en taux annualisé en mai 2014). Les chiffres se sont stabilisés dans le segment des primo accédants (30-34 ans). Les obstacles à court terme (pénurie de terres constructibles, tensions sur les prix pour les biens convoités par les investisseurs et normes de crédit plus élevés) qui ont freiné la reprise du logement sont maintenant en déclin. Les investissements résidentiels et non résidentiels pourraient surprendre à la hausse alors que l'économie se renforce.

2. L'énergie

La production de pétrole et de gaz naturel aux États-Unis continue d'établir de nouveaux records, tirée par l'amélioration des technologies (réduction du temps de forage, meilleure productivité), modifiant l'équilibre entre l'offre et la demande. La baisse des coûts de l'énergie ne constitue pas seulement un avantage concurrentiel pour les entreprises américaines, elle incite également les entreprises étrangères à établir des usines aux États-Unis ou à acquérir des entreprises américaines afin d'améliorer leurs connaissances dans le forage par fracturation hydraulique. L'abondance de gaz naturel et de pétrole provenant du schiste américain a considérablement réduit les importations de pétrole et de gaz, ce qui permettra d'améliorer la balance commerciale des États-Unis et la croissance du PIB.

Des importations de pétrole et de gaz en baisse

petrole-gaz-baisse

Source: U.S. Energy Information Administration

3. L'amélioration du bilan des ménages

La balance nette des ménages s'est redressée à son niveau précédent. Plus important, les capitaux propres en matière de logement ont commencé à se redresser depuis mi-2012 après avoir touché le fond pendant les trois années précédentes. Tous les indicateurs macro récents vont dans la bonne direction, avec l'amélioration des finances des consommateurs, tirée par la hausse des salaires et un revenu disponible plus élevé. Le taux de chômage a diminué passant de 7,3% pendant l'été 2013 à 6,1% cet été.

bilan-des-menages

Source: Federal Reserve

4. L'Éducation, catalyseur de la productivité et la croissance

La dette des étudiants, à 6,5% du PIB contre 3,2% du PIB en 2006, est considérée par beaucoup comme un frein à la croissance des dépenses de la jeune génération. Or, les récentes augmentations des coûts de l'éducation ont été à peu près en ligne avec leur taux historique de croissance. Par conséquent, l'augmentation de la dette étudiante est probablement due à l'augmentation de leur nombre entre 2006 et maintenant. Les inscriptions ont bondi de 4,8% par an entre 2007 et 2010, contre une moyenne annuelle de 1,5% entre 1980 et 2007. Compte tenu de l'effet positif de l'éducation sur la productivité, celle-ci, en hausse, pourrait contenir l'inflation et aider la Fed à organiser un retour lent et sans heurts à une politique monétaire normale.

5. Les dépenses des Etats et des municipalités contribuent à la croissance du PIB

Compte tenu de la gravité de la récession de 2009, l'austérité au niveau des Etats et municipalités a ralenti la reprise économique post récession, contrairement aux périodes post récession précédentes. Après 4 ans de ralentissement, les Etats et municipalités pourraient ajouter à la croissance du PIB à court terme. A titre d'exemple, la récente renégociation de contrat entre la Fédération des Enseignants (UFT) et le gouvernement de New York a donné lieu à des augmentations de salaires égales à 18% (rétroactive et avantages sociaux futurs). Les hausses votées des salaires minimum dans les Etats dépassant souvent le niveau du salaire minimum fédéral devraient également jouer dans ce même sens.

Government employment post recessions

governement-employment-reessionSource: Bureau of Labor Statistics, Bureau of Economic Analysis

6. L'optimisme des entreprises et l'amélioration de la confiance des consommateurs

L'indice d'optimisme des petites entreprises continue de s'améliorer, atteignant son plus haut niveau depuis septembre 2007. Les indicateurs de vente sont au mieux depuis des années et finiront par se traduire par des embauches, des investissements, des emprunts plus élevés et des dépenses. Par ailleurs, la présidente de la Fed Janet Yellen a promis de maintenir les taux bas et une politique monétaire accommodante, favorisant de meilleures perspectives économiques.

7. La croissance démographique

À long terme, les États-Unis bénéficient d'une croissance de la population en âge de travailler de près de 1%, ce qui rend l'Amérique unique parmi les pays industrialisés et devrait lui permettre de contenir le coût du travail par rapport à d'autres économies.

Sustainable US Population / Labor Force Growth

investir-usa-last

Louiza Ferrara est gérante de FOURPOINTS IM, une société de gestion entrepreneuriale. Ses encours sont gérés à travers une gamme ciblée de fonds actions ouverts et de mandats institutionnels. Avec plus d'un milliard d'euro d'actifs sous gestion, FOURPOINTS IM développe trois stratégies principales : les actions européennes, américaines et technologiques.

Aucun commentaire à «7 bonnes raisons d’investir aux Etats-Unis»

Laisser un commentaire

* Champs requis