Les éditions PUF ont trouvé un repreneur : l’assureur Scor

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Rédaction Publié le 21 janvier 2014 à 6h33

En grande difficulté comme bon nombre de sociétés du secteur de l’édition, les éditions PUF (Presses Universitaires de France), dont tous les étudiants de France ont adoré (ou détesté) les publications, a enfin opté pour une des offres de reprise qui lui avaient été faites.

Ce sera l’assureur Scor qui investira dans la maison d’édition afin de continuer la tradition qui fait des PUF un des piliers de la presse spécialisée en France.

Mécénat ou investissement ?

L’assureur Scor devrait investir entre 1 et 2 millions d’euros dans les éditions PUF qui tentent de se reconstruire et surtout d’investir l’ère numérique. Un changement dans la tradition qui fait que l’on étudie « sur des livres ». La formule est désormais désuète avec le développement des supports numériques.

L’assureur a déclaré ne pas avoir fait de mécénat et estime possible « une rentabilité à moyen terme de notre investissement ». Mais le PDG de Scor, Denis Kessler, reste sentimentalement concerné par les éditions PUF.

Moins d’ouvrages et plus de numérique : le futur de PUF

Les Presse Universitaires de France devraient se redresser. Le président du conseil de surveillance, Dominique Lecourt, estime que les pertes de ces dernières années ne sont « rien de catastrophique » tout en concédant qu’il était temps de réagir.

Ainsi, PUF devrait revoir son fonctionnement. La maison d’édition voudrait passer au numérique (sans abandonner le papier auquel nombre d’étudiants, de professeurs et de chercheurs sont affectionnés), réduire le nombre de publication annuelles (actuellement aux alentours de 450) et s’ouvrir à un public plus large.

Jusqu’à aujourd’hui, mis à part certains ouvrages et surtout la collection « Que sais-je ? », les éditions PUF publiaient surtout des ouvrages de recherche, universitaires, touchant ainsi un public assez restreint.

Laisser un commentaire

* Champs requis