RSA : Elisabeth Borne revient sur le programme d’Emmanuel Macron

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 23 mars 2022 à 15h46
Rsa Contrepartie Borne Travail
34%Seuls 34% des bénéficiaires du RSA ont un emploi.

S’il est réélu lors des élections présidentielles qui ont lieu le 10 et le 24 avril 2022, Emmanuel Macron prévoit de réformer les conditions d’accès au RSA.

Pas de travail d’intérêt général

Dans son programme pour l’élection présidentielle de 2022, le président Emmanuel Macron, également candidat, expliquait vouloir imposer des contreparties aux personnes bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA). Dans une interview accordée à L’Obs, Elisabeth Borne, la ministre du Travail, explique que les contreparties existeront bel et bien si Emmanuel Macron est réélu mais qu’il ne s’agit pas de « travail d’intérêt général ». « Il y a bien des contreparties, mais ce dont nous parlons, c’est d’un programme composé de différentes activités comme des formations ou des immersions en entreprise qui permettent de reprendre contact avec le monde professionnel, de préciser son projet et de le réaliser », a-t-elle expliqué.

Pour Elisabeth Borne, ces mesures serviront à « identifier les freins à l’emploi » pour pouvoir mieux adapter les aides en fonction des différents profils. Cela permettra de « proposer une prestation », « découvrir des métiers grâces à des immersions en entreprise, puis, financer une formation professionnelle », mais aussi « d'aider à faire un CV et apprendre à se présenter devant un employeur ». « Il ne s’agit pas d’imposer aux allocataires du RSA de faire des travaux d’intérêt général sans être payés, comme le propose Madame Pécresse », a ajouté la ministre du Travail.

Des contreparties selon la situation

« La logique que nous avons mise en place dans le contrat d’engagement jeune, c’est celle de sanctions progressives. Si vous signez un contrat, mais que vous ne le respectez pas, alors on peut suspendre votre allocation pendant une semaine pour commencer (...) Mais cela suppose de tenir compte de la situation de la personne. Ça ne peut pas être la même chose pour un jeune et pour une personne qui a charge de famille », a expliqué à L’Obs, la ministre du Travail Elisabeth Borne.

En effet, le président/candidat Emmanuel Macron avait parlé d’une « obligation » imposée aux bénéficiaires du RSA de se consacrer aux contreparties entre 15 et 20 heures par semaine. Elisabeth Borne précise néanmoins que cette obligation « ne concerne pas les personnes qui font face à de graves problèmes de santé ou d’addiction, à des problèmes psychiques, à des difficultés de garde d’enfants ». En France, ce sont 2,1 millions de personnes qui touchent le RSA et seuls 34% d’entre eux ont un emploi.

Aucun commentaire à «RSA : Elisabeth Borne revient sur le programme d’Emmanuel Macron»

Laisser un commentaire

* Champs requis