Quand les grands noms du sport rachètent des clubs

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Mathieu Sauvajot Publié le 20 décembre 2021 à 14h44
Paris Sportifs Belgique
275 MILLIONS $Michale Jordan avait racheté les Bobcats pour 275 millions de dollars en 2010.

Les anciennes gloires du ballon rond des années 2000 seraient-elles nostalgiques, ou tout simplement bien décidées à faire leur entrée dans le monde des affaires ? C’est du moins ce que laissent suggérer de récentes acquisitions.

Samedi 18 décembre, Ronaldo Nazário (ancien footballeur brésilien, sacré deux fois champion du monde), a réalisé l’acquisition de 90% des actions du club de Cruzeiro - deuxième division Brésilienne, contre la modique somme de 400 millions de réaux, soit un peu plus de 62 millions d’euros.

Une opération déjà préparée la veille, le 17, dans la mesure où une assemblée s’était réunie afin de voter un changement de statut. La proposition ayant été approuvée à 96,7%, le club situé à Belo Horizonte est alors devenu une Société Anonyme, permettant ainsi la cession de 90% de ses actions à un (ou plusieurs) éventuel actionnaire, qui bien entendu n’a pas tardé à se faire connaître.

Déjà propriétaire et président du Real Valladolid depuis 2018 (2ème division espagnole), l’ancien ballon d’or semble particulièrement motivé à l’idée de pouvoir remettre à flot le club où il a débuté sa carrière professionnelle en 1993 : « Je suis vraiment heureux d'avoir conclu cette opération. Je considère que je dois énormément au club de Cruzeiro, et je souhaite l’amener là où il mérite d'être. (…) Nous avons beaucoup de travail à faire et beaucoup d'ambition pour remettre Cruzeiro à flot. Nous n'avons pour l’instant rien à célébrer, mais nous avons beaucoup d'ambition. »

Une décision qui, toutefois, n’a rien de surprenant ni même d’unique.

Certes, on peut penser à l’acquisition de l’Inter Miami par David Beckham, mais cette volonté d’ex-footballeurs, consistant à rendre au football une partie de ce qu’il leur a apporté, existe aussi en Europe depuis maintenant quelques années.

Rappelons-le, en 2014, Salford City, club situé dans la banlieue de Manchester évoluant alors en 8ème division, était racheté par Ryan Giggs, Paul Scholes, Nicky Butt, Gary Neville et Phil Neville, anciens grands noms de Manchester United sous l’ère de Sir Alex Ferguson, avant d’être rejoints par David Beckham en 2019, qui réalisa l’acquisition de 10% du club.

A noter également que le monde du football ne fait pas figure d’exception. En 2010, moins d’une décennie après la fin de sa carrière en tant que joueur, Michael Jordan avait racheté les Hornets de Charlotte, franchise de NBA s’appelant à l’époque les « Bobcats » avant d’être renommée, contre 275 millions de dollars.

Enfin, du côté de l’hexagone, Tony Parker avait décidé d’en faire autant en 2014, en réalisant l’acquisition de l’ASVEL, franchise de basketball située à Villeurbanne, près de Lyon.

Désormais, il ne reste plus qu’à savoir si ces grands noms du sport seront aussi bons aux commandes de leurs clubs respectifs, qu’ils ne le furent sur le terrain.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Titulaire d’un Master de la Sorbonne, spécialisé dans les questions relatives à l’Amérique latine, Mathieu Sauvajot a d’abord rédigé des articles traitant de la géopolitique et de l’économie de ce continent, avant de se tourner vers le domaine du sport. Désormais, il est rédacteur auprès de Paris United ainsi que de l’Observatoire du Sport Business.  

Aucun commentaire à «Quand les grands noms du sport rachètent des clubs»

Laisser un commentaire

* Champs requis