Streaming illégal : vers un blocage total aux États-Unis ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 4 mai 2022 à 17h09

La justice des États-Unis a ordonné à tous les fournisseurs d’accès à Internet de bloquer tous les sites de streaming de films illégaux.

Films en streaming : plainte des ayant-droits

Durant l’année 2021, Hot Communication, United King Film Distribution et DBS Satellite Services, trois sociétés américaines de productions de films ont porté plainte contre des sites de streaming illégaux. Pour chacune de leurs productions mises en ligne sur des sites de streaming illégaux, les ayant-droits ont demandé 150.000 dollars de dommages-intérêts. Les plateformes israel-tv.com, israel.tv et sdarot.tv étaient les trois principales plateformes visées par ces plaintes.

En mai 2022, le justice américaine a tranché et pris une décision concernant cette plainte, en donnant raison aux sociétés de production. Ainsi, les administrateurs des différents sites de streaming vont devoir verser 7,65 millions de dollars de dommages-intérêts aux ayant-droits de 51 œuvres différentes. Un coup dur pour les sites de streaming illégaux, qui, en tout, vaut environ 2 milliards d'euros.

Blocage des sites de streaming illégaux

La justice américaine a, en outre, demandé à tous les fournisseurs d’accès à Internet de bloquer tous les noms de domaines utilisés par les pirates et d’interdire l’accès à ces sites. « Tous les fournisseurs d’accès à Internet fournissant des services aux États-Unis bloqueront l'accès du site Web à toute adresse de domaine connue aujourd'hui… ou qui sera utilisé à l'avenir par les administrateurs.. par tout moyen technologique disponible », a déclaré la justice américaine à l'issue du procès.

« Les adresses de domaine et tous les sites Web nouvellement détectés seront bloqués de manière à ce que les utilisateurs ne puissent pas se connecter et/ou utiliser le site Web », impose la justice dans son verdict. Celui-ci précise également que tous les acteurs du Web n’ont aucun droit de commercer avec les pirates, notamment en ce qui concerne la régie publicitaire. La justice cherche également à geler les comptes en banque des administrateurs des différents sites de streamings visés par la plainte.

Laisser un commentaire

* Champs requis