Taxis contre VTC : les propositions du médiateur

Par Olivier Sancerre Modifié le 26 février 2016 à 19h13
Shutterstock 272275589
200000Une licence de taxi peut coûter plus de 200 000 euros.

Le médiateur nommé par le gouvernement dans le conflit ouvert qui oppose les taxis aux sociétés VTC a donné ce vendredi 26 février ses propositions. Le député socialiste Laurent Grandguillaume a-t-il su faire preuve d’équilibre ?

L’un des principaux axes de l’accord est le renforcement des contrôles des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). Les taxis reprochent à ces derniers de ne pas respecter la loi, notamment la maraude dans les gares et les aéroports. Le médiateur propose d’organiser des formations pour la police, et de mobiliser les préfets sur cette question.

Signalétique

Laurent Grandguillaume préconise également d’améliorer la signalétique sur les VTC et les Loti. « Inamovibles et inviolables », celle-ci sera de nature à faciliter les contrôles, au grand bonheur des taxis dont c’était une des revendications.

Aide financière

La principale proposition du texte est l’aide financière aux taxis en difficulté. Il s’agit de « soulager les opérateurs en situation d'urgence » via un fonds spécial qui garantira les propriétaires d’une « plaque » de taxi contre sa dévalorisation. Ce fonds de garantie mutualisé qui garantira la reprise d’une licence perdant de sa valeur, avec une « valeur d'acquisition en prenant en compte l'inflation ».

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis