Retrait d’Ukraine : la facture va être salée pour TotalEnergies

Par Cédric Bonnefoy Modifié le 29 novembre 2022 à 9h13
Total Russie Petrole Gaz 1
4,1Le dépréciation des actifs de TotalEnergies va coûter 4,1 milliards d'euros à l'entreprise.

Sous le feu des critiques depuis le début de la guerre en Russie, TotalEnergies annonce un début de repli. Mais la facture s’élève à 4,1 milliards de dollars.

Le projet Arctic LNG 2 en suspend

Le géant français de l’énergie traverse un moment compliqué. Depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, TotalEnergies subit de nombreuses critiques. Il a décidé de maintenir une partie de ses activités pour le moment. L’envolée des prix de l’essence et du gaz exacerbent les tensions. Le groupe vient d’annoncer un début de repli en une dépréciation de ces actifs sur le projet de gaz naturel liquéfié Artic LNG 2.

Mais cette opération a un coût : 4,1 milliards de dollars, la facture est donc salée pour TotalEnergies. C’est surtout l’avenir de ce projet qui est remis en question. Les sanctions européennes contre les produits énergétiques russes le plombe. L’entreprise détient 10% de cet immense site de production de GNL installé en Sibérie. Les premières livraisons sont prévues en 2023.

La Russie reste un pays stratégique

Le tollé mondial qui découle de l’invasion russe en Ukraine est un coup dur pour TotalEnergies. La Russie est un pays important dans la stratégie de l’entreprise. Elle produit 16% de ses hydrocarbures et 30% du gaz là-bas. Mais TotalEnergies est surtout actionnaire dans plusieurs sociétés russes qui comptent dans le marché des énergies. Sur ce point-là, pas question de se retirer pour le moment.

Implantée en Russie depuis 1990, l’entreprise, dirigée par Patrick Pouyanné, avait été contrainte de réagir en mars à la pression internationale. TotalEnergies a annoncé qu’il allait stopper l’achat de produits pétroliers russes d’ici à la fin de l’année. Cette annonce de dépréciation d’actif concernant l’Artic LNG 2 est donc un premier pas.

Cédric Bonnefoy est journaliste.

Aucun commentaire à «Retrait d’Ukraine : la facture va être salée pour TotalEnergies»

Laisser un commentaire

* Champs requis