Réforme des retraites : certains régimes spéciaux épargnés par le texte

Nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites partout en France. Il prévoit un report de l’âge légal mais aussi la fin progressive des régimes spéciaux. Seulement, certains seront conservés.

Par Cédric Bonnefoy Modifié le 24 mars 2023 à 13h30
reforme-retraite-regime-speciaux-pas-concernes

La réforme épargne quelques régimes spéciaux

Du monde dans la rue. Voilà ce qu’attendent les syndicats lors de cette nouvelle journée de lutte contre la réforme des retraites voulues par le gouvernement. Après une première mobilisation le 19 janvier dernier, l’intersyndicale veut inscrire le mouvement dans la durée. L’ensemble des organisations reste opposé au projet de report de l’âge légal de 62 à 64 ans voulu par le gouvernement. Ce dernier met en avant des nécessités budgétaires pour équilibrer le système par répartition français.

Il prévoit également la fin progressive des régimes spéciaux. Ainsi, plusieurs secteurs seront calqués sur le régime général. Ce sera le cas pour les nouveaux entrants à la RATP ou encore à EDF. Une mesure d’équité selon l’exécutif. Pourtant, certains métiers conserveront leurs avantages. Le premier d’entre eux concerne les sénateurs. En effet, même si la réforme est adoptée, ils conserveront des avantages.

Par exemple :
un âge de départ à 62 ans pour les élus nés après 1955. Tout de même, ils devront avoir cotisé 43 annuités comme prévu dans le projet de loi dès cette année 2023.

L’Opéra de Paris ou les marins également non-concernés

Dans les autres secteurs de métiers, on retrouve les salariés en CDI de l’Opéra de Paris par exemple. Ils pourront toujours partir à taux plein à 40 ans. Selon le gouvernement, il s’agit de métier très spécifique avec de fortes incidences sur le corps. Les marins pourront faire valoir leur droit dès 50 ans. Néanmoins, il existe une condition : avoir été dans la marine depuis au moins 25 ans.

Enfin, pour les avocats, rien ne change ils ne sont pas soumis à un éventuel report de l’âge légal. Deux raisons : la première, leur régime de retraite s’autofinance par la profession. Mais surtout, l’âge de départ à taux plein varie de 65 à 67 ans en fonction des carrières.

Cédric Bonnefoy est journaliste.

Aucun commentaire à «Réforme des retraites : certains régimes spéciaux épargnés par le texte»

Laisser un commentaire

* Champs requis