Distributeurs de billets : Attention à la nouvelle arnaque

Par Anton Kunin Modifié le 8 juillet 2014 à 13h46

Un distributeur de billets qui vous rend votre carte mais pas les sous? Cette situation risque de vous arriver si vous n'êtes pas suffisamment vigilant. Car face au renforcement progressif des défenses contre les diverses formes d'arnaque électronique, les escrocs reviennent à de vieilles méthodes faciles à mettre en place.

Une arnaque des moins sophistiquées

Le principe de cette arnaque est simple: un bout de métal ou de plastique est posé sur la fente d'où sortent les billets. Pour ne pas sauter aux yeux, il est toujours de la même taille et couleur que le bout de métal original couvrant la fente lorsqu'elle est fermée. Sur la partie postérieure de cet élément étranger les escrocs mettent de la colle: ainsi, une fois les billets distribués, ils se collent à ce bout de métal posé sur la fente et l'utilisateur peu méfiant a l'impression que le DAB ne lui a jamais rendu les billets demandés.

"Card trapping", sa petite soeur

Cette arnaque, appelée "cash trapping" dans le jargon professionnel, puise son inspiration de "card trapping". La différence? Lors du "card trapping", la c'est carte du client qui se retrouve bloquée dans la fente pour la carte. Le tout grâce à l'installation d'une applique avec lame tournée côté distributeur, qui empêche la sortie de la carte lorsque le distributeur la rend à la fin de la transaction. Cette manoeuvre est complétée par l'espionnage du code secret, soit directement par un escroc se tenant à côté de la victime, soit grâce à une caméra préalablement installée sur le DAB. Le client dépossédé de sa carte parti, les escrocs la récupèrent et ont tout ce qu'il faut pour effectuer des retraits et des achats.

Une arnaque populaire à l'approche des vacances

Si les arnaques sophistiquées consistant à prendre possession des données de la bande magnétique ou du code secret représentent un moindre pourcentage aujourd'hui du fait de l'augmentation du volume des transactions traitées (mais qui restent tout de même très prèsents), l'arnaque "vieille école" qu'est le "cash trapping" resurgit en Europe ces dernières années. Dans les pays développés, comme la France, où les cartes sont acceptés par la quasi-totalité des magasins, les retraits se font toujours afin d'éviter les frais de banque lors de transactions étrangères. Ainsi, un Français partant en Amérique du Nord ou en Asie peut trouver plus avantageux de retirer des espèces que des payer des frais à chaque achat à l'étranger. Une vigilance accrue s'impose donc en cette période de début des vacances: avant d'utiliser un DAB, il est indispensable de vérifier qu'aucun objet étranger n'y est posé et téléphoner à la banque en cas de détection de celui-ci.