44 % des Français estiment pouvoir se passer d’un avocat

Par Anton Kunin Publié le 12 avril 2017 à 21h37
Avocat Droit Marche Chiffre Affaires Concurrence
24 %24 % des Français affirment n'avoir aucune idée du montant des honoraires d'un avocat.

Les Français ont des réticences assez importantes face à l’idée de consulter un avocat. Lorsqu’ils rencontrent un problème juridique, ils cherchent le plus souvent des réponses à leurs interrogations sur Internet. 44 % des Français estiment qu’ils n’ont pas besoin de l’aide d’un avocat, révèle une étude Kantar TNS pour Rocket Lawyer.

Un quart des Français ignorent combien coûtent les services d’un avocat

58 % des Français ont déjà rencontré un problème juridique. Cependant, bien peu d’entre eux sollicitent systématiquement l’aide d’un avocat, du moins pas immédiatement. 63 % de ces personnes ont comme premier réflexe de se tourner vers un moteur de recherche sur Internet, 51 % vont directement sur un site spécialisé. Fait étonnant, 33 % déclarent aller chercher des réponses sur des sites Internet orientés vie pratique tels que Doctissimo, Au Féminin ou Radins.com. 17 % préfèrent interroger leur réseau Facebook, tandis que 68 % demandent conseil à un proche.

La réticence à consulter un avocat est d’autant plus prononcée que 33 % des personnes interrogées ont l’impression que c’est une procédure à la fois longue et coûteuse, tandis que 24 % affirment n’avoir aucune idée du montant des honoraires d'un avocat.

Les Français font appel à un avocat lorsque le problème « présente un enjeu important »

Mais cela ne veut pas dire que les avocats sont en disgrâce dans la société française. Selon la même étude, 42 % des Français ont déjà consulté un avocat, 34 % ont consulté un notaire, 9 % ont fait appel à un expert-comptable. 17 % des personnes qui consultent un avocat ont déjà cherché les réponses à leurs interrogations sur Internet, mais ces réponses se sont avérées insuffisantes ou inadaptées. 41 % viennent consulter parce que le problème « présente un enjeu important ». Les Français ayant consulté un avocat jugent généralement leurs réponses plus fiables, exhaustives et actualisées que celles des sites Internet. En revanche, tous ne sont pas convaincus par le bien-fondé des honoraires qu’ils ont dû régler, les jugeant parfois pas assez transparents.

Les avocats sont particulièrement sollicités dans le cadre de divorce ou de gestion de la relation avec l’employeur. Les notaires sont le plus souvent invités à intervenir pour des questions de succession, de contrat de mariage ou dans le cadre d’un achat immobilier.

Le droit de la consommation est le domaine qui suscite le plus d’interrogations

L’étude révèle également que les problèmes les plus fréquemment rencontrés ont à la clé des sommes moins importantes. 27 % des personnes ayant rencontré un problème juridique avaient des interrogations quant à la rédaction d’une lettre de réclamation ou de résiliation et 21 % avaient des difficultés à rédiger correctement un courrier administratif. Les litiges avec l’employeur ne viennent qu’après (13 %), de même que les divorces (13 %), les successions / testaments (12 %) et les affaires engageant la responsabilité civile de l’intéressé (10 %).

Les Français ayant fait appel aux services d’un avocat ont globalement une bonne opinion de leurs services et de l’expertise délivrée. Ils restent toutefois plus réservés quant à la clarté et la transparence des honoraires pratiqués, ce qui se révèle être également un frein pour les Français n’ayant pas encore fait appel à leurs services.

Cette étude a été réalisée par Kantar TNS pour le compte de Rocket Lawyer entre le 26 août 2016 et le 6 septembre 2016 auprès d'un échantillon de 1414 personnes représentatif de la population française.