Les cryptomonnaies pour répondre aux enjeux de la crise économique engendrée par la pandémie

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Duncan Hoffmann Modifié le 21 novembre 2022 à 18h51
Chine Bitcoin Interdiction 1
55000 EUROSLe record de valeur du Bitcoin a été de plus de 55.000 euros.

Alors que la crise sanitaire prend un nouvel élan, de nouvelles mesures seront nécessaires pour minimiser les conséquences économiques de la pandémie de COVID-19. Les chocs économiques ne sont malheureusement pas temporaires et l'impact des décisions que nous prenons aujourd'hui se fera sentir pendant des années.

La pandémie devrait avoir un impact sur les cryptomonnaies, à la fois comme technologie et comme instrument financier. En effet, la façon dont les gouvernements distribueront l'argent va changer, les cryptomonnaies seront testées en tant que classe d'actifs, et la décentralisation et la résilience deviendront plus importantes.

Ensemble, les trois facteurs susmentionnés pourraient ouvrir la voie à un monde plus favorable aux cryptomonnaies, à des politiques gouvernementales plus favorables et à une adoption accrue.

L'innovation monétaire peut être une bouée de sauvetage

Les responsables politiques n'ont pas hésité à rapidement mettre en place des mesures économiques fortes en réponse au COVID-19. Les situations de chômage - partiel ou non - en France et en Europe ont explosé, et l’économie aura besoin d’un stimulus fiscal et monétaire extraordinaire. Le gouvernement doit répondre aux besoins fondamentaux des citoyens, soutenir la demande et assurer le fonctionnement des marchés. Toutefois, déterminer le montant optimal de l'aide, distribuer les fonds et s'assurer que ceux-ci sont dépensés de manière productive comporte des défis. Cette situation créera vraisemblablement des opportunités pour les cryptomonnaies, notamment dans la distribution.

Des pays comme l'Espagne ont commencé à chercher des moyens d’instaurer le revenu de base universel pour soutenir l'économie et protéger leurs citoyens, mais ils rencontrent des difficultés pour l’appliquer. Certains des défis proviennent d'obstacles réglementaires, mais d'autres sont simplement techniques. En effet, comment un État peut-il donner directement des ressources monétaires aux gens de manière sûre et efficace ?

Le revenu de base universel et d'autres aides sociales directes constituent un nouveau cas d'utilisation pour une monnaie numérique émise par la banque centrale. Cette approche peut permettre de supprimer les intermédiaires que sont les banques dans le cas d’aides d’urgence, mais aussi pour les prêts et les subventions gouvernementales. La Banque de France avait lancé un appel à candidatures pour des expérimentations de monnaie digitale de banque centrale dans les règlements interbancaires afin d’améliorer la réglementation et de renforcer la flexibilité des paiements de détail. Aux États-Unis, le "dollar numérique" a failli être intégré au projet de loi sur la relance économique pour les mêmes raisons. Même si les monnaies numériques émises par les banques centrales ne sont pas des cryptomonnaies, elles permettent au marché de se rendre compte de la valeur de la “désintermédiation”, mais aussi de créer des actifs virtuels facilement interchangeables.

Ce qui différencie les cryptomonnaies en tant qu’actifs

Le bitcoin a connu son ascension en tant que classe d'actifs dans un marché haussier de 10 ans avec des taux d'intérêt bas sans précédent, les investisseurs considérant le bitcoin comme un actif alternatif aux rendements non corrélés. Au fur et à mesure que le bitcoin a mûri, cette thèse s'est renforcée. Les politiques des banques centrales et des gouvernements ont contribué à ce que plus d’argent soit investi, mais dans moins d'opportunités. Face aux craintes d'inflation ou d'incapacité à répondre de manière adéquate aux besoins de l'économie, les investisseurs se tournent de plus en plus vers les cryptomonnaies pour répondre à cette crise. Le célèbre gestionnaire de fonds spéculatifs, Paul Tudor Jones, a récemment révélé qu'il poursuivait justement une telle stratégie, tandis que la décision de JPMorgan d'ouvrir des comptes bancaires sur les échanges de cryptomonnaies indique qu'elle attend peut-être des investisseurs ordinaires qu'ils fassent de même.

Les cryptomonnaies forment le seul marché mondial accessible aux investisseurs particuliers et institutionnels, ce qui est particulièrement important pour les consommateurs des marchés émergents où les monnaies sont instables. Les dettes, l'assouplissement quantitatif et les guerres des monnaies qui en résultent ont poussé de nombreuses personnes à chercher d'autres réserves de valeur, malgré la volatilité du bitcoin. Et comme une grande partie du commerce des cryptomonnaies est concentrée dans des pays comme le Japon, la Chine et la Corée du Sud, nous prévoyons que les marchés des cryptomonnaies reflètent une partie de la force de ces économies asiatiques après la crise. Les investisseurs pouvant se tourner vers les marchés mondiaux pour obtenir des rendements lorsque les perspectives nationales ne sont pas aussi solides.

La force des cryptomonnaies en tant que classe d'actifs repose sur l'utilité sous-jacente de la technologie, les avantages évidents pour les paiements et le développement de nouvelles applications. Les investisseurs sont à la recherche d'exemples concrets où les cryptomonnaies font preuve de résilience en ces temps, comme collecter des fonds pour la Croix-Rouge en Italie.

Décentraliser notre économie

Avec la pandémie, Internet est devenu le lien entre nos appareils de nos relations avec nos collègues, amis et familles. Le télétravail s’est largement démocratisé et les pics de trafic internet ont conduit des entreprises comme Netflix et YouTube à diminuer leur débit vidéo pour l'Europe, en plein cœur de la crise sanitaire, afin de garantir l’expérience utilisateur. La situation actuelle continue de mettre à l'épreuve la dorsale d'internet, ce qui rendra nécessaire la mise en place de protocoles permettant d'évoluer vers des solutions plus résilientes et décentralisées. Les réseaux maillés, les marchés de prévention de la désinformation et les nouvelles méthodes de financement mondiales, de la production de masques au marché de l'art, seront de plus en plus nécessaires.

Comme le soulignent les défenseurs des cryptomonnaies, ces dernières sont utilisées de manière à transcender les frontières nationales, mais leur utilité en tant que force décentralisatrice s'étend également au niveau local. Des quartiers locaux ont créé des fonds pour aider les travailleurs des bars et des restaurants, et des projets open source ont surgi du jour au lendemain. Les entreprises et les projets devront trouver des moyens de lever des capitaux pour des initiatives susceptibles d'échouer, mais réinventer la formation de capital nécessite des systèmes ouverts capables d'exprimer la propriété et la collecte de fonds de manière transparente afin de protéger les consommateurs et de former de nouveaux marchés.

Les cryptomonnaies permettent aux gens d'effectuer des transactions d'une manière inimaginable auparavant. En créant des structures alternatives pour les entreprises locales, en gagnant un revenu pour fournir des services dans le monde entier, ou en payant ou en recevant de l'argent de manière transparente pour fournir de la bande passante ou du stockage, les acteurs du secteur des cryptomonnaies ont une occasion unique de changer les comportements et d'accroître la résilience de notre économie mondiale contre des menaces comme la pandémie. Nous ne sommes pas encore sortis de cette crise, mais nous devons déjà nous concentrer sur les structures qui nous aideront à faire face aux menaces futures.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Duncan Hoffman est Directeur Général EMEA chez Chainalysis depuis 2019 et à rejoint l’entreprise en 2018 en tant que responsable de compte EMEA. Avant cela, Duncan était en charge du business development de Palantir Technologies, entreprise de software spécialisée dans l'analyse et la science des données. Il a également co-fondé NextPotential, une société de production d'énergie propre développant des licences technologiques de procédés permettant de convertir les émissions de dioxyde de carbone en gaz naturel à un prix compétitif.

Laisser un commentaire

* Champs requis