La culture d’entreprise, un point critique dans la transformation de l’environnement de travail

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Isabelle Pierret Publié le 18 octobre 2017 à 22h41
Nouvelles Technologies Entreprises Environnement Travail
81 %81 % des salariés pensent que les nouvelles technologies modifient leur façon de travailler.

Comme l’a écrit l’expert en management Gary Hamel : « Impossible de bâtir une entreprise adaptable sans des individus adaptables, or les individus ne changent que s’ils y sont obligés ou s’ils en ont envie. »

Aujourd’hui, les entreprises leaders encouragent toutes l’agilité et l’adaptabilité. Durant des années, Facebook a eu pour mantra « move fast and break things » (agir vite et casser les codes). Cette devise reflétait les valeurs et les priorités de ses dirigeants. Clairement, c’est cette culture qui a fait la différence entre le succès et l’échec de l’entreprise.

81 % des salariés européens interrogés, pensent que les nouvelles technologies telles que l’automatisation et l’intelligence artificielle modifient notre façon de travailler. Cependant, ils citent également les cultures internes fermées comme un obstacle de taille au succès d’une entreprise.

Cette situation est préoccupante. Pour que ces technologies aient un véritable impact sur l’environnement de travail, les utilisateurs doivent y adhérer. Les environnements de travail numériques qui connaissent le succès entretiennent des cultures innovantes, qui tirent le meilleur parti d’investissements technologiques coûteux. Voici trois techniques pour réussir à poser ces bases :

Créer un dialogue ouvert – La technologie est disruptive par nature. Les salariés vont se sentir encouragés à partager des idées pour travailler plus intelligemment, quitte à remettre en question le statu quo. Les collaborateurs souhaitent principalement plus de rapidité et de flexibilité. Toutefois 72 % pensent que leur direction adopte de nouvelles technologies uniquement afin de réduire les coûts. De nouveaux espaces ou modes d’échanges collaboratifs (RSE, rencontres de communautés de projets, sessions de brainstorming…) doivent permettre d’intégrer les préoccupations et suggestions des collaborateurs dans le processus de prise de décision. Les besoins quotidiens des utilisateurs doivent être pris en compte.

Se confronter aux meilleurs – Les PME en particulier doivent analyser comment les technologies sont utilisées par les leaders du marché. L’analyse de ces stratégies et du rôle de la culture numérique les aidera à rattraper leur retard. Près de la moitié des salariés (45 %) se disent attirés par un poste chez des concurrents utilisant des technologies innovantes. Une proportion similaire (46 %) d’entre eux doutent que les technologies qu’ils emploient dans le cadre de leur travail leur permettent d’être plus productifs. Les entreprises ne peuvent se payer le luxe de perdre des talents faute d’avoir donné les bons outils à leurs salariés.

Préparer ses salariés à l’avenir – L’entretien d’une culture propice à l’innovation technologique est une démarche de tous les instants. Tous les membres du personnel, anciens ou récents, doivent avoir confiance dans les outils dont ils sont dotés. Seuls 27 % des salariés estiment que leur entreprise investit suffisamment dans la formation aux nouvelles technologies. Manifestement, les manuels et les MOOC ne suffisent pas. Les démonstrations pratiques, les ateliers et l’assistance des fournisseurs doivent être monnaie courante. Une formation adaptée est essentielle pour encourager les collaborateurs à exploiter au mieux les technologies innovantes.

De formidables opportunités pourront se présenter aux environnements de travail qui se montrent accueillants pour les nouvelles technologies. L’enjeu est trop important pour prendre un risque. Un tiers des salariés pensent que leur entreprise est vouée à l’échec dans les cinq ans si elle n’investit pas dans les nouvelles technologies.

La culture est le moteur de toute chose et sa réceptivité à de nouvelles technologies et méthodes de travail peut déterminer le succès ou l’échec d’une entreprise. L’investissement dans ce type de culture développe l’agilité et l’adaptabilité nécessaires pour réussir à long terme dans le numérique.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Isabelle Pierret, Directeur Marketing et Communication de Ricoh France

Laisser un commentaire

* Champs requis