Le McKinsey de Macron impliqué dans un scandale sanitaire qui a fait plus de 500.000 morts aux USA

570 MILLIONS $
McKinsey a accepté un règlement de 570 millions de dollars dans le
cadre de l'affaire des opiacés.

Lors de la mise en place du passe-sanitaire en juillet 2021, nous avions alerté nos lecteurs sur le possible conflit d’intérêt qu’il pouvait y avoir entre Victor Fabius associé au sein du cabinet de conseil américain McKinsey chargé par Emmanuel Macron de la politique vaccinale anti-covid de la France, et son père Laurent Fabius Président du conseil constitutionnel chargé de vérifier la constitutionnalité des mesures vaccinales élaborées par le même cabinet de conseil.

Cette tribune vue plus de 200.000 fois avait fait le buzz sur les réseaux sociaux au point même que Libération avait repris le sujet. Six mois après, force est de constater que le scandale McKinsey est au cœur de la campagne présidentielle. D’ailleurs, certains observateurs pensent que Macron pourrait perdre les élections en raison de cette séquence désastreuse.

Le rapport parlementaire du Sénat a bien souligné l’infiltration du cabinet de conseil au sein de nos institutions et en particulier à l’Elysée et au gouvernement. McKinsey était chargé d’élaborer la politique de notre pays à la place de nos hauts fonctionnaires que l’on a d’ailleurs bien souvent placardisé dans des fonctions subalternes alors qu’ils sont souvent de très grandes qualités professionnelles. Sous la présidence Macron, on a assisté à une envolée des frais de cette société de conseils américaine. Toutes sociétés de conseils confondues les frais payés par l’état à ces dernières sont passés de 380 millions d’euros en 2018 à 894 millions d’euros en 2021 alors qu’il s’agit de l’argent des français.

Et si ces derniers sont si sensibles à cette affaire, c’est qu’ils ont bien compris que la « politique vaccinale » du gouvernement de ces derniers mois a bien été construite et pilotée par cette société de conseil américaine qui nous dit-on était chargée de l’organisation de la politique vaccinale de la France dans cette période de diffusion du covid. Or c’est cette même « politique vaccinale » qui a conduit à des atteintes d’une extrême gravité aux libertés individuelles et aux valeurs de la République conduisant à la mise en place d’abord d’un pass-sanitaire puis d’un pass-vaccinal liberticide.

Et c’est cette même politique de McKinsey qui a abouti à une atteinte grave à nos libertés et même obligé certains membres du corps médical (médecins, infirmières, etc…) à démissionner de leur fonction quitte à perdre leur travail et leur moyen de subsistance. Cette véritable dictature sanitaire a conduit à une obligation vaccinale déguisée contraignant les français à recevoir une, puis deux, puis trois doses dans une spirale infernale sans fin créant une terrible angoisse. Il convient de préciser que ce sont ces mêmes produits dont les plus grands éminents spécialistes précisent qu’ils sont vites inefficaces pire qu’ils peuvent avoir des effets secondaires importants.

Et on ne peut être que particulièrement inquiet lorsqu’ en enquêtant on découvre que le cabinet McKinsey est leaders dans le conseil des sociétés pharmaceutiques. Sur son propre site on peut lire :

« Notre cabinet s’est imposé comme le leader mondial du conseil dans le secteur bio pharma au sens large, avec plus de 3 750 missions effectuées au cours des cinq dernières années, auprès de grands laboratoires pharmaceutiques, mais aussi d’acteurs des biotechs, de laboratoires de taille moyenne, d’industriels des dispositifs médicaux, de génériqueurs… Nous avons ainsi contribué au développement de huit des dix principales marques de médicaments sur ordonnance et à la conduite de huit des dix plus grosses opérations de fusion-acquisition du secteur ».

Le site français précise également avoir accompagné « 18 des 20 plus gros laboratoires pharmaceutiques » dont le laboratoire Pfizer fournisseur d’un des principaux produits inoculés aux français.

Tout cela est particulièrement inquiétant car révèle que la société qui conseille l’Elysée est également la société de conseils des principaux laboratoires pharmaceutiques dans le monde amenés justement à agir dans le cadre de l’action de l’Elysée. On est dans l’ordre du conflit d’intérêt le plus évident.

Mais ce qui devrait particulièrement inquiéter les français c’est que la société de conseil McKinsey vient d’être récemment impliquée dans un très grave scandale sanitaire celui des opiacés qui a causé aux USA près de 500.000 morts comme le rapporte le quotidien Le Monde. Sans reconnaitre sa responsabilité la société McKinsey vient d’accepter d’acquitter la rondelette somme de 570 millions de dollars pour supprimer toutes poursuites contre elle. En effet un article des Echos précise en février 2021 :

« Les autorités américaines reprochaient à McKinsey d'avoir fourni des conseils marketing aux fabricants de médicaments, dont Purdue Pharma LP et Johnson & Johnson, afin d'améliorer les techniques de vente de leurs produits opioïdes. (…) D'après les centres de prévention et de contrôle des maladies aux Etats-Unis, le nombre de décès chaque année par surdoses d'opioïdes sur ordonnance a quadruplé entre 1999 et 2018 »

McKinsey aurait prodigué des conseils afin d’augmenter les ventes des médicaments à base d’opiacé qui avait la particularité de générer une forte dépendance pouvant in fine conduire à des overdoses et donc le décès de la personne le prenant avec excès alors que la société de conseil avait connaissance du caractère addictif de cette substance. Le site de Slate n’hésite pas à titrer un article basé sur un article du New-York Time « Un rabais à chaque overdose : le plan de McKinsey pour vendre plus d'opioïdes ».

Dans ce contexte on ne peut être que terrifiés de l’incroyable cynisme de la société de conseil internationale McKinsey choisie et engagée par Emmanuel Macron dans le cadre de la gestion de la crise du Covid.


A découvrir