Nucléaire : EDF résiste et refuse de fermer sa centrale de Fessenheim

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Léana Chaniol Modifié le 15 juin 2016 à 17h13
Nucleaire Fermeture Fessenheim
EDF demande à l'Etat de l'indemniser à hauteur de 2 à 3 milliards d'euros2 milliards €

Réduire la part du nucléaire dans la production électrique de 75% aujourd’hui à 50% en 2025, c’est ce que stipulait l’accord EELV-PS de novembre 2011. Il prévoyait la réduction d’un tiers de la puissance nucléaire installée par la fermeture progressive de 24 réacteurs et par l’arrêt immédiat de la centrale de Fessenheim. EDF fait de la résistance et refuse cette fermeture.

Fessenheim, la centrale la plus vieille de France

Le 14 septembre 2012, François Hollande, président de la République, déclare que la centrale de Fessenheim sera fermée à la fin de l’année 2016 et ce « dans des conditions qui garantiront la sécurité des approvisionnements de cette région, la reconversion du site et la préservation de tous les emplois ».

L'État fait actuellement pression depuis plusieurs semaines sur EDF, l'exploitant de Fessenheim, pour que l'entreprise enclenche la demande d'abrogation de l'autorisation d'exploitation. Cependant, l’entreprise n’est apparemment pas de cet avis et refuserait la fermeture. Selon des sources du journal Le Monde « Les représentants du personnel devraient être informés de la situation lors d’un comité central d’entreprise, prévu jeudi 16 juin »

Deux à trois milliards d'euros d'indemnité

EDF doit percevoir une indemnité en cas de fermeture de la centrale haut-rhinoise. La direction souhaite se mettre d’accord avec l’Etat sur l’indemnisation qu’elle recevra. Mais les deux parties sont loin d’être du même avis. EDF espère obtenir deux à trois milliards d’euros mais la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, ne propose que 100 millions d’euros. Une somme jugée dérisoire et même « sidérante » ou « surréaliste » par les dirigeants de l’entreprise.

Entre 2014 et 2015, EDF a vu sa dette augmenter et passer de 34,2 milliards à 37,4 milliards d'euros. Son bénéfice quant à lui n’augmente pas et fond de 3,7 milliards à 1,1 milliard d'euros en 2015. De plus, François Hollande a reconnu en septembre dernier que la fermeture ne pourrait pas être effective avant fin 2018. En effet, il faudra environ deux ans pour arrêter complétement la production d’électricité de cette centrale.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Léana CHANIOL, 21 ans Étudiante en 2eme année de journalisme à l'IUT de Tours.

Laisser un commentaire

* Champs requis