Le plan culture de Macron : de la poudre à perlimpinpin

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Benjamin Waltz Publié le 7 mai 2020 à 13h22
Spectacle Humour Artiste Scene Theatre
1,3 millionLe secteur de la culture fait vivre 1,3 million de personnes.

Emmanuel Macron a donc dévoilé - tardivement - son plan d’aide à la culture, et ce faisant, il semble avoir enfoncé le dernier clou de son cercueil politique.

Bras de chemise, cheveux défaits et cravate dénouée, que ce numéro d’acteur malaisant ne nous y trompe pas : encore une fois, c’est le flou le plus total, l’hésitation chaotique conjuguée à un amateurisme flamboyant. Monopolisant la parole, reléguant son ministre de la Culture à un rôle de figurant (« Tais-toi, c’est moi qui parle ! »), le Président donnait presque l’impression d’improviser à certains moments, tant les contours de son plan sont encore trop dans l’abstrait.

Une seule proposition concrète en sera ressortie : les droits des intermittents prolongés jusqu’en août 2021. On pourrait presque applaudir et pousser un soupir de soulagement, mais ne nous laissons pas berner par les beaux yeux d’Emmanuel. Cette mesure concerne ceux qui ont déjà une ouverture de droits, les artistes bien installés qui n’ont aucun mal à enchaîner leurs 507 heures, les Sandrine Kiberlain, les Eric Toledano qui, comme par hasard étaient attablés autour du Président lors de son annonce.

Sans être aussi amer, il est vrai que d’autres artistes, de parfaits anonymes, méritants, et ils sont nombreux, bénéficient eux aussi de l’assurance chômage du régime intermittent et ont accueilli la nouvelle avec soulagement.

Mais qu’en est-il de ces artistes encore plus nombreux qui n’ont pas encore accès à ce dispositif car ils peinent trop souvent à cumuler leurs 44 cachets ? Que faire de ces femmes et hommes qui vivent du RSA, d’un job de serveur.se payé au noir et de temps en temps d’un maigre cachet ?

Quelles mesures pour ces centaines de petites salles privées présentes dans toute la France d’une capacité de 100 à 200 places ou même moins qui œuvrent (non, œuvraient, on a du mal à s’y faire) toute l’année à proposer une programmation de qualité et qui ont aidé à révéler des Blanche Gardin, des Elodie Poux, des Haroun, des Bun Hay Mean ? Aujourd’hui, ces salles sont exsangues et ne (sur)vivent que grâce à la générosité de leur public fidèle via une cagnotte en ligne. Si ces lieux sont amenés à disparaître, ce sont des centaines d’artistes qui seront amputés de leur lieu de travail.

On a peu entendu le ministre de la Culture, et ce n’est peut-être pas plus mal, car quelques jours plus tôt il préconisait le maintien de certains petits festivals cet été en respectant les mesures sanitaires, c’est-à-dire avec un masque obligatoire, une distance d’un mètre entre chaque spectateur et moins de 50 personnes. C’est à se demander si monsieur Riester a déjà mis les pieds dans un festival. Quelqu’un pourrait lui dire qu’un festival de moins de 50 personnes, ça ne s’appelle pas un festival, mais un échec ?

Comment combler le manque à gagner si l’on joue devant une moitié ou un quart de salle ? Le gouvernement s’est-il engagé à prendre en charge cette perte financière ? Non, il préfère rester silencieux sur ces problèmes concrets.

Dans le milieu de la culture, nous étions habitués à être les derniers de cordée, mais on l’était moins à être aussi humiliés.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Après avoir fait ses armes au Cours Florent, Benjamin Waltz écrit et met en scène « Meurtrières à 4 épingles », une comédie qui se jouera au Guichet Montparnasse pour 36 représentations, puis en tournée en province l'année suivante. Suivront une formation de scénariste et réalisateur au Centre Européen de Formation et de Productions de Films ( CEFPF ) et son one man show, qu’il jouera à Paris et en province. En parallèle, il fonde avec plusieurs associés l’Underground Comedy Club, un plateau d’humoristes qui a vu passer des stars de l’humour telles qu’Anne Roumanoff, Kyan Khojandi, Inès Reg, Marc-Antoine Lebret, Roman Frayssinet, Baptiste Lecaplain, et bien d’autres. L’Underground Comedy Club en est actuellement à sa huitième année d’existence au Théâtre de Dix Heures. A partir de 2015, il co-écrit et joue dans la comédie La Thérapie Pour Tous, spectacle qui se jouera une centaine de fois dans divers théâtres à Paris (Feux de la Rampe, théâtre du Marais, théâtre Bo Saint-Martin, théâtre Clavel) et en province. Actuellement, il met en scène une pièce qu’il a co-écrite, « Revolvers et Talons Hauts », une comédie qui se joue au théâtre du Marais à Paris et tourne en province.

Aucun commentaire à «Le plan culture de Macron : de la poudre à perlimpinpin»

Laisser un commentaire

* Champs requis