Autoroute : la majorité des Français favorable au passage à 110 km/h

C’est l’un des débats récurrents depuis plusieurs années : la vitesse sur autoroute. Selon un dernier sondage, plus d’un Français sur deux serait désormais prêt à lever le pied à 110 km/h au lieu de 130 km/h.

Par Cédric Bonnefoy Modifié le 8 novembre 2022 à 20h21
autoroute-passage-110-favorable
68%Selon l'étude d'Elabe, 68% des Français seraient favorables à la réduction de la vitesse à 110 km/h sur autoroute. ©Pixabay

Réduire sa vitesse sur autoroute au profit de l’environnement

La limitation de l’allure à 130 km/h sur les voies rapides vivent-elles leurs dernières heures ? Pas si sûr. En revanche, les Français sont désormais prêts à rouler à 110km/h sur l’autoroute pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et protéger l’environnement. Résultat d’une étude Elabe dévoilée par Le Parisien. Pour 68% des sondés, cette réduction de la vitesse serait une mesure écologique acceptable pour les automobilistes.

Cette question de l’abaissement à 110 km/h est un serpent de mer depuis plusieurs années. Proposée par la Convention citoyenne sur le climat en 2020, cette proposition n’avait pas été retenue par Emmanuel Macron. Le chef de l’État redoutant un nouvel échec après celui du passage de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire.

Les Français prêts à d’autres efforts pour la planète

Outre le sujet de la vitesse sur autoroute, ce sondage aborde globalement la question des efforts que les habitants sont prêts à faire pour protéger l’environnement. En tout, elle regroupe l’avis de 25.000 personnes issues de 25 pays différents. En France, une majorité de personnes interrogées (84%) voit d’un bon œil le développement du tri sélectif. Autre effort, manger moins de viande est acceptable pour 7 Français sur 10. Produire de la viande émet beaucoup de gaz à effet de serre.

Les Français seront en revanche très attentifs au coût de ses efforts. Pas question de payer plus cher pour des produits ou des services plus vertueux pour la moitié des sondés. Mais surtout, selon l’étude, il faut des mesures simples et facilement compréhensibles pour qu’elles soient appliquées et donc efficaces.

Cédric Bonnefoy est journaliste.