Nez bouché : les médicaments vasoconstricteurs ne sont pas sans danger

Par Anton Kunin Modifié le 21 décembre 2021 à 10h44
Medicament
4 millionsÀ l'hiver 2019-2020, les Français ont acheté 4 millions de boîtes de vasoconstricteurs, contre 7,5 millions à l'hiver 2016-2017.

Bien que les effets indésirables soient très rares, les médicaments vasoconstricteurs, utilisés pour soulager un nez bouché lors d’un rhume, peuvent provoquer des infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux, rappelle l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Vasoconstricteurs : la probabilité de survenance d’un infarctus ou d’un AVC existe, mais elle est infime

Ce n’est pas nouveau, mais en cette période hivernale, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) tient à réitérer son rappel : les médicaments que vous pouvez acheter en pharmacie, souvent sans ordonnance, pour soulager un nez bouché, ne sont pas sans effets indésirables. Bien sûr, il n’y a pas de danger immédiat, sinon ces médicaments auraient déjà été retirés du marché. Mais, comme souvent avec les médicaments, un risque infime de complications graves existe.

Les vasoconstricteurs, même si vous n’en avez jamais utilisé, vous en avez sans doute déjà entendu parler. Il s’agit des médicaments suivants : Actifed Lp Rhinite Allergique, Actifed Rhume, Actifed Rhume jour et nuit, Dolirhume Paracétamol et Pseudoéphédrine, Dolirhumepro Paracétamol Pseudoéphédrine et Doxylamine, Humex Rhume, Nurofen Rhume, Rhinadvil Rhume Ibuprofène/ Pseudoéphédrine, Rhinadvilcaps Rhume Ibuprofène/ Pseudoéphédrine, Rhinureflex et Rhumagrip. Même si cette éventualité est très peu probable, suite à la prise d’un vasoconstricteur il existe un risque de développer un infarctus du myocarde ou un AVC.

Vasoconstricteurs : attention à leur associations avec d’autres médicaments

Pour minimiser le risque d’avoir l’un de ces deux effets indésirables, l’ANSM conseille d’informer votre pharmacien de vos antécédents médicaux : il saura vous dire si vous pouvez prendre ce traitement. Il faut bien sûr respecter la posologie (dose et fréquence de prise) conseillée par le pharmacien et ne pas dépasser 5 jours de traitement : si vos symptômes persistent ou s’aggravent, consultez votre médecin.

L’ANSM rappelle par ailleurs l’importance de ne pas associer un vasoconstricteur que vous prenez avec un autre vasoconstricteur, qu’il soit pris par voie orale ou nasale. Cela vaut également pour un autre médicament contenant du paracétamol, de l’ibuprofène ou un antihistaminique, puisque les vasoconstricteurs contiennent déjà un antalgique et un antihistaminique. En plus, les vasoconstricteurs ne doivent pas être utilisés chez les enfants de moins de 15 ans.

Aucun commentaire à «Nez bouché : les médicaments vasoconstricteurs ne sont pas sans danger»

Laisser un commentaire

* Champs requis