La grève générale ? La faute au gouvernement pour 3 Français sur 5

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 29 novembre 2022 à 9h25
Menace Greve Responsabilite Euro 2016 Gouvernement Syndicats
70,1%Si l'Euro 2016 est impacté par les grèves, 70,1 % des Français estiment que l'image de la France sera écornée.

La cote de popularité de Manuel Valls et de François Hollande est déjà tombée à un niveau bas record que les Français commencent même à les tenir responsables de ce qui se passe dans le pays, à savoir la grève générale qui pointe à l'horizon, la pénurie de carburant, les blocages et désormais le risque de coupures électriques.

Manifestations et 49.3 : les événements les plus marquants

Un sondage Odoxa mené pour Le Parisien – Aujourd'hui en France et France Info a interrogé les Français sur la responsabilité du gouvernement et des syndicats au niveau des grèves. Une large majorité des Français (61 %) attribue les raisons de cette contestation sociale au gouvernement et, surtout, à l'utilisation de l'article 49.3 pour faire passer la Loi Travail de force. Une utilisation qu'il semblerait bien que les Français n'ont toujours pas digérée (ils étaient, au lendemain des faits, 75 % à être défavorables à cette utilisation).

Ainsi, le gouvernement perd l'appui des Français qui ne sont, au final, que 37 % à estimer que les grèves sont le fait des syndicats radicalisés. Le mouvement de grève, qui s'amplifie, peut se valoir du soutien des Français qui commencent tout de même à en avoir marre.

Les grèves durant l'Euro 2016 : tout à fait possible

Outre les menaces de pénurie de carburants ou encore d'électricité, les grèves menacent le bon déroulement de l'événement sportif de l'année en France, l'Euro 2016. Il débutera le 10 juin 2016 soit trois jours avant l'arrivée de la Loi Travail au Sénat. Une échéance qui devrait conduire à de nouvelles manifestations.

56 % des Français, selon le sondage publié mercredi 25 mai 2016, craignent que la contestation ne touche l'organisation de l'Euro ce qui aurait pour conséquence de dégrader l'image de la France (71 %), d'impacter le tourisme (70 %) et de miner les chances de la France pour l'organisation de nouveaux événements (63 %). Or Paris est candidate à l'organisation des JO 2024...

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis