Micro-foncier : pas de relèvement du seuil de 15.000 euros

Dans une réponse ministérielle du 13 décembre dernier, le Gouvernement a répondu au député Dino Cinieri qu’il n’était pas favorable à un relèvement du seuil de 15.000 euros en matière de régime micro-foncier.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Thierry Bouclier Publié le 16 décembre 2022 à 14h20
Micro-Foncier Montant Plafond Declaration Simplifiee
5,3%Le barème de l'impôt sur le revenu a été augmenté de 5,3% en 2022.

Le député a attiré l’attention du Gouvernement sur le régime fiscal actuel du micro-foncier, celui-ci étant réservé aux contribuables dont le revenu brut foncier annuel n’excède pas 15.000 euros. Cette somme forfaitaire n’a pas été revalorisée depuis plus de 20 ans, alors que les loyers ont augmenté. Dans ce contexte, il a souhaité savoir si le Gouvernement prévoyait de revoir ce seuil d’application et de le revaloriser significativement.

Dans une réponse publiée au journal officiel (Question n°2972, JOAN du 13 décembre 2022, p. 6246), le Gouvernement a répondu par la négative.

Le régime du micro-foncier est réservé aux contribuables dont le revenu brut foncier n’excède pas 15.000 euros et qui ne donnent pas en location des biens bénéficiant de certains régimes spéciaux.

Les contribuables qui relèvent du régime micro-foncier sont dispensés du dépôt de la déclaration annexe de revenus fonciers. Ils sont seulement tenus de porter le montant de leurs revenus bruts fonciers sur la déclaration d’ensemble des revenus. Le revenu net foncier imposable est alors calculé automatiquement par l’application d’un abattement de 30% représentatif des charges.

Les contribuables, qui ne peuvent bénéficier du régime micro-foncier ou qui, lorsqu’il leur est plus favorable, optent pour le régime réel d'imposition, doivent déterminer leurs revenus fonciers à l’aide de la déclaration annexe de revenus fonciers. Ils déduisent alors le montant réel de leurs charges des revenus bruts fonciers.

Ainsi, le régime du micro-foncier est destiné à alléger les obligations déclaratives des contribuables titulaires de revenus fonciers de faible montant et dont l’imposition ne justifie pas que soient remplies des déclarations annuelles détaillant les différents éléments permettant la détermination de leur montant réel imposable.

Toutefois, par le caractère forfaitaire de l’appréciation des charges qu’il autorise, le régime du micro-foncier déroge aux règles de détermination du revenu foncier imposable dans les conditions de droit commun et, par suite, à la taxation du revenu réellement perçu par le contribuable, constitué par la différence entre les loyers perçus et les charges déductibles effectivement acquittées.

Le Gouvernement conclut : « Cette dérogation, justifiée au titre d’une mesure de simplification, doit donc être strictement limitée aux revenus locatifs de faible montant. De ce point de vue, des revenus bruts fonciers annuels de 15.000 euros constituent déjà des revenus conséquents. D’ailleurs, l’absence d’évolution de ce seuil depuis vingt ans n’a pas entraîné de diminution du nombre de contribuables relevant du régime micro-foncier, qui représente invariablement environ un tiers des contribuables déclarant des revenus fonciers. Par conséquent, le régime micro-foncier atteint pleinement, dans sa configuration actuelle, le but que lui a assigné le législateur. »

Vous êtes à la recherche d’un accompagnement dans le droit fiscal ? Thierry Bouclier vous accompagnera dans vos démarches, vous souhaitez en apprendre plus ? Vous pouvez prendre contact en CLIQUANT ICI.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Maître Thierry Bouclier est avocat au barreau de Bordeaux, spécialiste en droit fiscal. Docteur en droit, a une activité partagée entre le conseil et le contentieux, tant pour les particuliers que pour les entreprises. Intervient dans tous les domaines de la fiscalité (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés, TVA, impôts locaux...) nationale ou internationale. http://www.avocat-bouclier-fiscaliste-bordeaux.fr/

Aucun commentaire à «Micro-foncier : pas de relèvement du seuil de 15.000 euros»

Laisser un commentaire

* Champs requis